Hommage pitoyable à la comédie italienne (Chez Gino)

Samuel Benchetrit a fait illusion, mais pas auprès de tout le monde, avec J'ai toujours rêvé d'être un gangster, surchargé de références cinéphiliques. Avec Chez Gino, il touche le fond, empêtré dans un hommage pathétique à la comédie italienne. Les ringards qu'il décrit dans son film ne sont même pas sauvés par une éventuelle empathie de sa part, ils sont lourds et lamentables, et laissés à leur triste sort par le cinéaste. Ne lui faisons pas l'honneur de citer Scola qui, dans Affreux, sales et méchants, laissait deviner chez ses personnages un semblant d'humanité. Et puis, c'était drôle, très. Pas Chez Gino, qui est sinistre, très. L'histoire du film dans le film ne fonctionne pas du tout, et on ne fait plus la différence entre la nullité voulue et involontaire de l'entreprise. Ne parlons pas de navet, ce serait faire injure à cette plante potagère qui, elle, a du goût. Le plus triste est de voir José Garcia, qui n'en peut mais, et surtout la racée Anna Mouglalis, embarqués dans cette pitoyable galère.




02/04/2011
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres