L'amour fait du porte à porte (L'agence)

Blade Runner, Total Recall, Minority Report et ... pas mal d'autres : Philip K. Dick est un auteur rêvé pour le cinéma, et en particulier Hollywood, qui y puise une inspiration que les scénaristes de SF d'aujourd'hui ont du mal à égaler. L'agence, adaptation de l'une de ses nouvelles, reprend quelques uns de ses thèmes de prédilection : le libre arbitre, le destin, enfin, vous savez bien, cette interrogation lancinante de l'homme : y a t-il quelqu'un là-haut qui a déjà écrit le livre de nos vies ? Sujet inépuisable qui aurait dû permettre à George Nolfi, scénariste de Ocean's Twelve et de La mémoire dans la peau, de réussir son entrée dans le monde des réalisateurs. Il est plutôt plaisant son film, honnêtement, et le couple Matt Damon/Emily Blunt a du chien. Mais il y a un problème, et de taille : les interrogations métaphysiques passent vite au second plan, reléguées au profit d'une comédie romantique lambda qui s'en tient aux poncifs du genre : les tourtereaux finiront-ils ensemble, oui ou zut ? La réponse est courue d'avance, après une folle poursuite où Matt et Emily font du porte à porte à tout berzingue. Attention les yeux, la conclusion est révolutionnaire : l'amour triomphe de tous les obstacles. Yes ! Amateurs de fantastique intelligent, passez votre chemin, le sentimentalement correct a encore frappé.



24/03/2011
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres