Une armée de pantins en déroute (Les greffiers du diable)

Les greffiers du diable, de Vilma Fuentes, commence de façon on ne peut plus factuelle. Son personnage principal : un journaliste mexicain d'investigation, obligé de quitter son pays, du moins pour un temps, car menacé de mort. Nous voici embarqués dans un roman politique et critique, dont l'acidité est le carburant essentiel. Passé le premier tiers du livre, notre héros se retrouve à Paris et va fréquenter la petite communauté mexicaine en exil, qui gravite autour de la figure très charismatique et énigmatique de l'ancien président de la république, un certain Icaro Guzman. A partir de là, le roman délaisse le journaliste et passe d'un personnage à un autre, tantôt dans un style très réaliste, tantôt dans une évocation trouble et flottante, qui flirte avec le fantastique. C'est une armée de marionnettes en déroute que nous décrit Vilma Fuentes, des pantins exsangues dont la seule raison d'exister est de croiser le chemin de Guzman. Le roman alterne le bon, des dialogues acérés et cinglants, et l'ennuyeux, de longues pages dont on se demande si elles n'appartiennent pas à des existences rêvées plutôt que vécues. Ce flou artistique, volontairement entretenu, brouille un peu la perception du lecteur, qui, de temps à autre, se perd dans ce labyrinthe narratif, aux qualités littéraires avérées mais parfois stériles.



28/03/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres