Carnaval de sang (Comptine pour l'enfant-soldat)

Ce n'est pas le premier roman à évoquer le sort des enfants-soldats africains. Ce n'est pas le plus réussi, non plus. Court récit de moins de 200 pages, le livre du nigérian Chris Abani est le chant dans le nuit (titre original : Song for Night) d'un garçon à la dérive, plus mort que vif, qui n'a connu que l'horreur depuis l'assassinat de son père dans un pays livré à la guerre civile et religieuse. Comment concilier lyrisme et réalisme cru, c'est visiblement le but d'Abani dans Comptine de l'enfant-soldat comme dans Le corps rebelle d'Abigail Tansi. Le récit n'est qu'un cri, intérieur puisque l'enfant n'a plus de cordes vocales, dont l'écho ne dit que souffrances, ressenties ou infligées à d'autres. Narrée à la première personne, l'histoire de cet enfant-soldat est une succession d'atrocités, à peine allégée par de brefs moments de tendresse. Un carnaval de sang et de haine assez difficilement supportable.



19/03/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres