Asie centrale électrique (Le voleur de lumière)

Du cinéma du Kirghizstan, on ne connaissait guère qu'Aktan Abbdykalikov, réalisateur du Fils adoptif et du Singe, ce dernier datant déjà de 10 ans. Qui est donc cet Aktan Arym Kubat, dont Le voleur de lumière vient de sortir ? Renseignements pris, il s'agit du même metteur en scène qui a adopté le nom de son père biologique. Si le cinéma d'Asie centrale est parfois porteur de bonnes surprises (Chouga de Darezhan Omirbaev), ce film kirghize est hélas fort décevant. Après un démarrage prometteur, où la vie rurale est traitée avec tendresse et sens de l'humour, à travers le personnage de Monsieur Lumière, la chose se gâte rapidement, dès lors que la politique, les pratiques mafieuses et des hommes d'affaires chinois s'invitent dans le petit village sans histoire. Le film devient confus et le scénario s'éteint à petit feu. On attendait une Asie centrale électrique et elle manque de jus, au fil des minutes. Coupez !



04/03/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres