Du cul et du culinaire (Amours salées et plaisirs sucrés)

Une pincée de cul, une grosse louche de culinaire : la recette d'Amours salées et plaisirs sucrés a le mérite d'être appétissante. Encore faut-il posséder le tour de main pour la réussir, et le réalisateur espagnol Joaquin Oristrell, victime d'un scénario sans saveurs, se prend les pieds dans le plat. Ce Jules et Jim moderne n'est même pas olé, olé, c'est de la cuisine de grand-mère, agrémentée de quelques épices, susceptibles de relever la sauce. Pas audacieux pour un sou, le film confond vitesse et précipitation et est aussi crédible que Jean-Pierre Coffe vantant les produits frais d'un hard discounter. Tout n'est à jeter au tout à l'égout (et les couleurs) dans cette comédie décontractée et décomplexée, mais elle est mal dosée en poésie, fantaisie, drôlerie et originalité, ne rayez pas la mention inutile, en dépit des promesses de son sujet. Faute de repas gastronomique, il faut se contenter d'un (très) plat du jour, dont l'addiction n'est vraiment pas salée.



24/02/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres