Au fond d'un canyon, personne ne vous entend crier (127 heures)

Tout le monde connait l'histoire, jusqu'à son dénouement. Ce n'est pas un problème en soi, le thème de la survie, de la résistance humaine face à une mort certaine et de la volonté de s'en sortir, quitté à y laisser un bras, a quelque chose de viscéral qui pouvait donner un film passionnant. Hélas, Danny Boyle ne raconte pas cela, ou bien peu, dans son 127 heures. Pas assez d'action, à son goût, avec ce type coincé au fond d'un canyon pendant 5 jours. Alors, Boyle brode, empile les flash-backs et les fantasmes du futur héros dans un kaléidoscope d'images accélérées, façon clip géant. Gros plan sur James Franco en souffrance -très bon, par ailleurs- et hop, on passe à une musique en transe et à des réminiscences de fêtes passées ou de souvenirs d'enfance, avant le clou du spectacle. C'est à dire l'opération d'auto-mutilation, bien saignante et aussi peu ragoûtante qu'on l'imaginait. Bon appétit ! Le film est à l'opposé de ce qu'a dû être l'expérience d'Aron Ralston : frénétique, et superficiel. Au fond d'un canyon, personne ne vous entend crier. Malheureusement, dans 127 heures, le silence est rare, comme s'il fallait absolument donner du rythme à une situation figée. Et si la nature a horreur du vide, il semble bien que Boyle aussi.



25/02/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres