Science avec conscience

Björn Larsson est un écrivain au long cours et pas seulement parce que le suédois est un navigateur émérite. Au fil d'un roman, comme dans son chef d'oeuvre : Le cercle celtique, il prend le temps de poser son style, d'imposer son univers. Le recueil de nouvelles qu'il publie aujourd'hui, Le rêve du philologue, aurait dû l'obliger à la concision et à l'efficacité immédiate. C'est mal connaître notre homme qui, dans ses 9 récits, garde un tempo plutôt moderato jusqu'a chaque dénouement toujours surprenant et pétri d'ambigüité. Ces nouvelles ont en commun de faire le portrait d'un scientifique- chimiste, généticienne, astronome, spéléologue...- dont l'unique but semble être de faire La découverte du siècle, le plus souvent en passant à côté de sa propre vie. Larsson réussit le prodige de donner une unité de ton à ses nouvelles mais, en contrepartie, il lui arrive parfois de se perdre dans la description minutieuse des recherches de ses personnages, en oubliant les ressorts de la fiction. Une fois le livre refermé, le lecteur se pose des milliers de questions sur le sens de l'existence et se remémore le célèbre "Science sans conscience n'est que ruine de l'âme". Sans doute était-ce le propos de notre marin scandinave, dont le talent est de ne jamais donner de réponses toutes faites et de laisser le mystère de la vie, la notre et celle des autres, intact.




11/05/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres