Un homme et un dieu (Qui a envie d'être aimé ?)

La crise de la quarantaine existe, Antoine, le héros de Qui a envie d'être aimé ?, l'a rencontrée. Mais ce n'est pas ce que vous croyez, lui, c'est un lent cheminement vers la foi qui va brouiller tous ses repères. Adapté d'un livre de Thierry Bizot, Catholique anonyme, le film d'Anne Giafferi n'a rien de bien excitant sur le papier. Un homme et un dieu? Comme le dit la soeur d'Antoine : "catholique, ce n'est pas très sexy." Du coup, le film est "vendu" comme une comédie, ce qu'il n'est certainement pas. Les voies du marketing sont impénétrables ! Non, Qui a envie d'être aimé ? a pour principale qualité son humilité, dans le sens où il n'est absolument pas prosélyte et se contente de raconter la chronique d'un homme qui a tout, soit surtout des certitudes, et qui se remet soudain en question. Cette humilité, assez touchante dans l'ensemble, a sa contrepartie, une tiédeur globale que la mise en scène, pas vraiment touchée par la grâce, n'arrange pas. Et un certain angélisme quand aux réactions des proches d'Antoine, au moment de sa "conversion." L'interprétation est globalement d'un excellent niveau, avec une mention particulière pour Valérie Bonneton. Quant au personnage central, Jesus Christ et le Caravaca passe. Il passe même très bien, Eric Caravaca, dans un rôle pas si facile, qu'il maîtrise avec une évidence sereine.



12/02/2011
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres